samedi 27 juin 2020

SEMAINE 26/20


ÇA SE PASSE AU HAVRE

AUTRE FERRY ?





TOILETTE D’ÉTÉ



AGENDA

Dimanche
28
Juin

Journée nationale des sauveteurs en mer

Cette journée nationale, sera la 14ème du nom. Bien que plus discrète du fait du Covid-19, elle a pour objectif de mobiliser et sensibiliser le public et notamment les adeptes de loisirs nautiques et les estivants.
            C’est l’occasion de rappeler que les sauveteurs interviennent jour et nuit et parfois au risque de leur vie pour porter secours gratuitement à toute personne en difficulté, à la plage, comme au large.


Pour réussir sa mission, la SNSM doit faire face à des enjeux majeurs pour assurer son avenir : formation des sauveteurs et renouvellement de la flotte de plus de 450 bateaux de sauvetage, en particulier des navires hauturiers.


En 2019, près de 37 000 personnes ont été prises en charge. Dans les 10 prochaines années, la SNSM doit renouveler 140 bateaux (100 millions d’€). En 2020, 27 bateaux sont renouvelés ou font l’objet d’une modernisation à mi-vie.

NÉCROLOGIE

Patrice GELARD

            Patrice Gélard nous a quittés jeudi matin, à son domicile de Sainte Adresse,  à l’âge de 81 ans.
            Natif de Toulon, il était érudit et passionné dans de nombreux domaines et spécialiste de l’Europe de l’est.
            Orateur et narrateur comme nul autre pareil, il avait un CV impressionnant : agrégé de droit public, docteur en sciences politiques, docteur en études slaves. Maîtte de conférence à l’université de Lille puis doyen de la faculté de droit de Rouen, il fût vice-président de l’université du Havre et président des Affaires Internationales. Il commença sa carrière politique en 1983 comme conseiller municipal du Havre, puis adjoint au maire Antoine Rufenacht en charge de l’urbanisme. La même année, il fût élu sénateur de la Seine Maritime. Il fût également Conseiller général. En 2008, il fût élu maire de Sainte Adresse.


A sa femme Marie Claude et à ses 3 enfants, la rédaction présente ses sincères condoléances.

RÉBUS

Cette semaine, il s’agit de découvrir le titre d’un roman policier


samedi 20 juin 2020

SEMAINE 25/20


UN BATEAU, UNE HISTOIRE


LE « JEAN MERMOZ »


            Le « JEAN MERMOZ » a navigué 51 ans, subit 3 transformations, 2 transferts de pavillon national et 7 changements de propriétaires.

Mis sur cale le 1er décembre 1955 aux chantiers de Penhoët, il est lancé le 17 novembre 1956 à 15 h 20 pour la Compagnie de navigation Fraissinet et Cyprien Fabre. Le 29 mai 1957, il est affecté sur la ligne de la COA. (Marseille – Côtes d’Afrique).

L’équipage comprend 160 personnes qui accueillent :

-       144 passagers de 1ère classe climatisée

-       140 passagers de 2ème classe climatisée

-       110 passagers de 3ème classe non climatisée

-       446 hommes de troupe en entrepont.

En 1958, il est utilisé comme paquebot mixte sur la ligne régulière mais aussi comme paquebot de croisière pendant l’été (Méditerranée et les Açores), Ceci étant la conséquence de la mise en service du Boeing 707 et le début de la décolonisation de l’Afrique française.



En 1965, la Compagnie des Chargeurs Réunis absorbe 3 compagnies dons la Fabre-SGTM et confie la gestion de ses paquebots à la NCP (Nouvelle Compagnie des Paquebots). Le nouveau propriétaire conserve son nom et son service mais repeint sa coque grise en blanc. La cheminée blanche à bandeau noir devient noire avec le sigle NCP.

En janvier1967, c’est la fermeture de la ligne régulière de passagers sur l’Afrique de l’Ouest, ligne crée en 1885. Sur les 5 paquebots de la ligne, seul le JEAN MERMOZ survit. Et il  devient un véritable paquebot de croisière.



En 1969-1970,  il est transformé aux Chantiers T. Mariotti de Gênes. L’opération s’éternisant pour des raisons sociales, elle se terminera à Marseille. Sa silhouette est modernisée, il arbore les couleurs de la Compagnie de croisières Paquet (filiale du groupe Chargeurs) et devient « MERMOZ ». Sa jauge brute est augmentée et sa capacité passe à 750 passagers avec un équipage de 238 personnes.

Il commence sa carrière de croisiériste au Printemps 1970 avec des destinations multiples (Caraïbes, Amériques, Méditerranée, Grand Nord, Asie du Sud-est…). Cette activité ne sera interrompue que par les carénages et un échouage au large de Belize.



En 1984, il est transféré sous pavillon des Bahamas. Il est à nouveau transformé aux Ateliers et Chantiers de Marseille-Provence. Cette transformation, pour un montant de 80 MF concerne la refonte complète des aménagements intérieurs et l’adjonction d’un propulseur d’étrave. Sa capacité est ramenée à 550 passagers  servis par un état-major français et un équipage étranger.



En 1985, MERMOZ est transféré aux Chargeurs Réunis SA puis aux Chargeurs Savamo (Bahamas). En 1989, il devient propriété de la CFC (Compagnie Française de Croisières) qui est constitué par les groupes Chargeurs et Accord qui l’exploite (avec le OCEAN PEARL) sous la marque commerciale « Croisières Paquet ».

En 1993, la CFC s’allie à la Costa Croisière elle-même rachetée en 1997 par la société américaine Carnival Corporation. Vétéran de la compagnie, MERMOZ assurera en 1999, 25 croisières en Méditerranée, au Spielberg, à la Réunion et à Hong Kong avant d’être vendu en octobre à l’armement chypriote Louis Cruise Lines pour 6 millions de $. Après remise en état et transformation en casino flottant, il devient le « SERENADE » et est armé par la société israélienne Boulos Gad Tourism and Hôtels Ltd qui l’exploite en eaux internationales entre Chypre et Haïfa.

            Suite aux attaques du 11 septembre 2001, SERENADE est repositionné en Méditerranée occidentale jusqu’à son départ pour Alang où il arrivera le 14 juin 2008 pour y être démoli.


AUTOS - MOTOS


PRESTIGE


            A 59 km du Havre, à Pont l’Evêque, il existe un circuit automobile de 2 km implanté dans un décor verdoyant de 20 ha. Sur ce circuit qui a la réputation d’être technique, on peut :

 Prendre sa dose d’adrénaline au côté d’un pilote confirmé dans une

FORD C Max RS

ou s’initier au pilotage d’une voiture de prestige telle que :

  FERRARI 458 Italia – 325 km/h – 570 ch. – 200 000 €



FORD Mustang Shelby – 315 km/h – 540 ch. – 60 000 €
  SUBARU WRX-STI – 255 km/h – 300 ch. – 40 000 €

  ASTON MARTIN V8 Vantage – 288 km/h – 420 ch. – 125 000 €

  PORSCHE Cayman S – 278 km/h – 285 ch. 65 000 €

  NISSAN GT-R – 315 km/h – 550 ch. – 95 000 €

  FERRARI F430 F1 – 315 km/h – 490 ch. – 185 000 €


AUDI R8 – 301 km/h – 420 ch. – 110 000 €
LAMBORGHINI LP 560 – 325 km/h – 560 ch. – 175 000 €

AGENDA

Mercredi
24
Juin

St Jean-Baptiste

Bonne fête à tous les JEAN-BAPTISTE

SPORT
A tous les mécènes, sponsors, supporters, fans, sympathisants,…

JEU A LA CON


Cette semaine, Mesdames
HOP, HOURAILLE, DIMANCHE, KILOS et TALUS
ont mis au monde 4 bébés prénommés
FRANCE, JEAN, SAM, SANDY et ULLA.

Malheureusement, à la maternité, un malheureux concours de circonstances a fait que les nouveau-nés ont été mélangés. Pouvez-vous aider ces jeunes mères à retrouver leurs rejetons.


L’ACTU PAR LES BIRDS



samedi 13 juin 2020

SEMAINE 24/20


ÇA SE PASSE AU HAVRE


C’EST RE-PARTI !


            Depuis le mardi 2 juin, les cabanes reviennent sur les galets de la plage du Havre. Les propriétaires ont jusqu’au 27 juin pour terminer la construction, sachant que la mairie a institué une alternance des montages, suivant les numéros d’emplacement, pairs ou impairs.







AU RESTO !


            Depuis le 2 juin, les restaurants de la plage sont ouverts. Pour compenser la perte de place due à la distanciation réglementaire, la mairie a autorisé une extension des terrasses de 60m² supplémentaires.






DANS LE VENT


            Du soleil, une jolie brise, une petite houle, il n’en faut pas plus pour que les amateurs de kitesurf sortent leur matériel…






AUTOS – MOTOS


REPRISE TIMIDE


            Après les 1ères mesures de déconfinement, on pouvait penser que les amateurs de véhicules anciens se retrouveraient enfin en ce rendez-vous du 1er dimanche du mois sur la place du Colonel Kieffer  Finalement, il n’y avait que 3 voitures au pied du château d’eau d’Aplement.

 CADILLAC SEDAN DEVILLE



PEUGEOT 204 BREAK



OLSMOBILE CLUB COUPÉ 1941



PHYLACTÉRES




samedi 6 juin 2020

SEMAINE 23/20


CA SE PASSE AU HAVRE


CRIME DE LÈZE-PATRIMOINE


            Les derniers vestiges de la glorieuse époque des Transatlantiques viennent d’être livrés aux pelleteuses. La gare maritime, située quai Johannes Couvert, avait été construite après la guerre par l’architecte Urbain Cassan qui avait également conçu la précédente gare inaugurée en 1935 et détruit par les allemands.



D’une conception sobre à l’extérieur pour ne pas heurter l’esprit des havrais encore mal logés, l’intérieur en art-déco tardif était luxueux pour accueillir les passagers d’outre-Atlantique. Les décors sculptés étaient signés Saupique, Bourdet et Chauvenet.



Cela faisait déjà 6 ans que le bâtiment était menacé de destruction pour laisser place à une usine de construction d’éoliennes off-shore. Mais personne n’a bougé pour sauver le bâtiment, même si les éléments intérieurs comme les ferronneries de Subes, les statues de Saupique et le haut-relief de Chauvenet ont été épargnées et feront l’objet d’expositions futures. Que ce soit le maire du Havre, le Premier ministre (ex-maire du Havre), l’actuelle responsable de l’Unesco ou le ministre de la culture, aucun d’entre eux n’a levé le petit doigt pour trouver une autre solution que de réduire en poussière ce patrimoine havrais.




CRIME DE LEZE-HISTOIRE


            Le buste de Jules Durand placé à l’entrée de la passerelle du bassin Vauban a été vandalisé. Le syndicaliste martyr n’a plus de nez.
            Cette dégradation est-elle à rapprocher de l’incendie qui détruisit le grand homme blanc du bout du monde ? Si oui, il y aurait dans la ville un énergumène qui en voudrait au statuaire havrais. Dans ce cas, il faudra penser à assurer la sécurité de ces dames de l’avenue Foch


CA SE PASSE AU HAVRE…

…ou pas loin


JEUX INTERDITS

Dès le vendredi 29, certains ont relâché la bride du confinement pour s’adonner à des jeux interdits, même en temps normal






ANNIVERSAIRE


            Il y a 168 ans, le 8 juin 1852, naissait à Saint Aubin,  ALEXANDRE-FERDINAND GODEFROY. Placé à 12 ans en apprentissage chez un barbier, il se plaça lui-même à 14 ans comme ouvrier coiffeur au HAVRE, puis à 16 ans à Rouen. En 1869, il est ouvrier accompli à Jersey, puis à Londres. En 1879, il part à New-York, puis à Chicago (1880) comme contremaître dans une usine de postiches. En 1862, il est coiffeur-français, posticheur, parfumeur et teinturier capillaire à Saint Louis où il ouvre plusieurs succursales. A 24 ans, en 1906, il crée un établissement de coiffure parfumeur à Mexico. A la fin de sa vie, retiré des affaires, il rédigera ses mémoires.

Si ce globe-trotteur parti du HAVRE est passé à la postérité, c’est pour ses inventions. En effet, c’est à lui que l’on doit le premier séchoir à cheveux qu’il conçoit en 1888. C’est un séchoir à pied fonctionnant au gaz de ville. En 1892, il invente le tout premier séchoir à mains, l’Ambrio qui fera le tour du monde.
Premier séchoir à pied et à gaz de villeet modèle de la première cuvette pour shampoing

Il travailla également sur la paraphénylènediamine pour la teinture des cheveux, il inventa le fer à friser électrique, le pistolet à teindre, une machine permettant de transmettre une image en technicolor des contours d’objets qu’il appela « télévision », un ballon aérostat, des gaz empoisonnant pour paralyser des villes, l’aimant pour moteur électrique et un train où le voyageur pourrait monter et descendre sans attendre l’arrêt.

Séchoir à pied

Mort à Nice le 11 mars 1933, il repose à Saint Louis dans le Missouri.

LA PENSÈE DE M. PROFILO



NDLA : Un lecteur de ce blog a noté quelques erreurs en ce qui concerne la gare maritime : Cassan est l'architecte de la Gare Maritime CGT et non celle du hangar 17 qui fût conçue par Barrière.  Si les fresques intérieures sont bien dues à Saupique et Chavenet, les portes en fer forgées sont l'œuvre de Subes.