samedi 15 janvier 2022

SEMAINE 03/22

 ÇA SE PASSE AU HAVRE 

UN PEINTRE DANS LA RUE

            C’est en 1991 que Lia (la compagnie de transport en commun du Havre) a décidé de confier certains de ses autobus à des peintres locaux afin de valoriser les transports en commun et mettre l’art contemporain sous les yeux des quidams qui passent. Et en 1993, ce fût le tour de Daniel Authouart de se voir confier un véhicule pour le recouvrir d’une de ses œuvres.

    Daniel Authouart est né le 17 septembre 1943 à Lillebonne. Diplômé de peinture d’architecture d’intérieur et de publicité de l’école régionale des beaux-arts de Rouen il fut professeur de dessin dans différents collèges de Normandie.




    Installé à Paris, il réalise des lithographies  dans divers ateliers parisiens réputés. En 1983, il réalise l’affiche et le décor du concert en plein air d’Eddy Mitchell au Havre, et la Station-service montée par le théâtre de la Salamandre à Tourcoing. En 1986, il réalise la reliure des manuscrits de Flaubert Bouvard et Pécuchet pour la bibliothèque municipale de Rouen. En 1988, rencontrée à Los Angeles, Janet Jackson lui commande un grand tableau représentant toute la famille Jackson. 




    En 2003, il présente une exposition rétrospective au Palais de la Bénédictine de Fécamp et en 2012 au centre d’art contemporain de Saint Pierre de Varengeville

SPORT

ET POURTANT…

Samedi dernier, les Docks accueillaient les équipes féminines de handball du HAC et la Stella Saint Maur pour la reprise du championnat de 2ème division. Au sortir de la trêve de Noël, la situation du HAC n’est pas ce qu’on pouvait espérer : 9ème avec 4 défaites, ce n’est pas ce qu’on attend d’une équipe qui ambitionne de retrouver l’élite. Et justement, l’adversaire du jour a également le statut VAP (Validation Aptitude au Professionnalisme) et est donc un adversaire direct dans la course à la montée. Celle-ci n’étant qu’à 3 points de notre équipe, une victoire serait la bienvenue. Malheureusement, la Covid 19 est passée dans les vestiaires havrais et l’équipe devra se passer de 4 de ses éléments (Adja Paye, Yaelle Morvan, Aminata Doucoure, Jane Le Nozach) et de Sara Stankowski, partie se consacrer à la plus belle des tâches féminine et pas encore remplacée, pour des raisons administratives. Et avec seulement 2 joueuses de champ sur les chaises, les rotations sont comptées.

            Et les affaires havraises commencent bien mal avec des adversaires à qui tout souris et des havraises curieusement sans réaction et il faut attendre la 8ème minute pour que Nikolina Lutovac ouvre enfin le compteur ciel et marine (1-5). Ce but réveille les locales et celles-ci parviennent à revenir sur leurs adversaires, notamment grâce à un 4-0 (7-8 – 14ème). Elles parviennent même à égaliser  (10-10 – 21ème) mais sans  jamais parvenir à prendre l’avantage et les banlieusardes rentrent au vestiaire avec un petit but d’avance (13-14).

            La 2ème période voit encore les 2 équipes se rendre coup pour coup, mais ce sont toujours les saint-mauriennes qui mènent la danse et si à 1 minute ½ du gong, les havraises reviennent à 1 but 22-23, celles-ci ratent le coach et ce sont les franciliennes qui marquent et qui emballent les 3 points de la victoire.

 Départ catastrophique des havraises qui encaissent 5 buts sans réagir

Face à face Mathita Diawara / Jacky Oliveira Santana

Pas de cadeau entre les 2 équipes (ici avec Elisa Perrault) : 6 expulsions temporaires de part et d’autres

Nikolina Lutovac toujours efficace aux pénaltys

Maïwenn Dasylva n’est pas ménagée par la défense francilienne

Louison Boisorieux a mis beaucoup d’énergie pour être la meilleure buteuse havraise (7 buts)

Habituellement remplaçante, Claire Musard a profité de l’absence de ses camarades pour avoir un temps de jeu conséquent pour montrer ses qualités

Sharon Dorson ne s’avoue jamais vaincue

C’est la gardienne saint-maurienne Jemima Kabeya qui reçut le bouquet dévolu à la meilleure joueuse du match, remis par Madame la Sous-préfète. 

    Cette nouvelle défaite, la 5ème, éloigne un peu plus le HAC de son projet. Mais on ne peut pas accabler les joueuses qui ont montré de la qualité dans leur jeu et beaucoup de solidarité et de persévérance (vu les circonstances) ce qui serait de bon augure pour les prochains matchs. Encore faudrait-il que les joueuses ne se ratent pas dans les moments cruciaux comme ce  double arrêt de Jemima Kabeya, la gardienne adverse, sur un pénalty dans les toutes dernières minutes.  Le prochain rendez-vous sera crucial, sachant que les havraises se rendront à Saint Amand les eaux, leader quasi-incontesté (une seule défaite) de ce championnat.

AGENDA

Vendredi

21

Janvier

Journée internationale des câlins


CITATIONS APOCRYPHES

 Spéciale peintures

La Cène (Léonard de Vinci)
Le jugement de Paris
Les demoiselles d'Avignon (Pablo Picasso)

L’ACTU PAR LES BIRDS


2 commentaires:

DAN a dit…

Un grand bonhomme ce Daniel Authouart, j’ai une de ses affiches à l’entrée de mon bureau, je en m’en lasse pas de la regarder tant il y a de personnages dessus dans une rue de New-York, c’est vraiment un grand peintre !

Dommage pour les joueuses Havraises, ça a dû se tenir à peu de chose près, mais voilà ce « « peu de chose » ce sont leurs adversaires qui en ont profité !

Pas facile les câlins avec la covid 19…

Ah j’aime beaucoup la bulle des demoiselles d’Avignon c’est tellement vrai…

Le bon sens des zoziaux m’étonnera toujours…

Bonne fin de semaine Michèle et Gédé !

Gédé de Le Havre a dit…

Bonjour Dan,

Nous partageons la même admiration pour Daniel Authouart. Et toi qui manie le pinceau avec dextérité, tu dois apprécier d'autant plus la maestria de cet artiste. J'ai vu son expo au palais de la Bénédictine et plus tard à la Galerie Hamon. J'ai toujours rêvé de posséder un de ses tableaux, mais ça n'entre pas dans mon budget.

Pour les filles du hand, ce que je regrette le plus, c'est qu'au vu des absences pour Covid, le match n'ai pas été remis. Cette épidémie fausse les résultats.

C'est vrai que les câlins ne sont pas les bienvenus en cette période, on verra comment cette journée internationale sera célébrée.

Connaissant ton point de vue sur l'œuvre de Picasso, je ne suis pas étonné de ton commentaire.

Bon ouiquande à toi et Marie Jo