mercredi 28 septembre 2016

CA SE PASSE AU HAVRE

CA N'EXISTE PLUS

Les pergolas du jardin de l'hôtel de ville
Le site Caillard
La chapelle Sainte Thérèse
Le cours de la République avant le tramway

mardi 27 septembre 2016

SPORT

ET VOILÀ !!!

            Après le raté du premier rendez-vous avec son public, les handballeuses du HAC se devaient de rectifier le tir en recevant l’équipe de Mérignac à la salle du Mont Gaillard, dimanche après-midi. C’est chose faîtes ! En dominant les banlieusardes bordelaises 24-16, les havraises ont remis les pendules à leurs places et enfin montrer à leurs supporters ce qu’elles savaient faire.
            Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance, car les girondines se présentaient avec une carte égale à celle des havraises, à savoir 2 victoires, 1 défaite et une différence de buts de +4. Et le début de la rencontre reflétait exactement cette situation, les deux équipes se répondant coup sur coup (8-8 20ème minute). Mais, en 5 minutes, le HAC, en infligeant un 4-0 aux rouges prenaient un avantage qui s’avéra définitif. A la pause, les ciel et marine viraient avec 3 buts d’avance (13 – 10).
            Au retour sur le parquet, le HAC continuait sa course en avant et les mérignacaises sombraient peu à peu (18-12 44ème minute). Malgré tout, celles-ci ne se résignaient point et revenaient à -3 (18-15 50ème minute). Le HAC alors reprenait le contrôle de la partie et finissait la rencontre par un cavalier seul (6-1) et terminait la rencontre avec un avantage de 8 buts.
            Si toute l’équipe est à féliciter pour le sérieux avec laquelle elle a maîtrisé la rencontre, il faut souligner la part que la défense a pris dans cette victoire en n’encaissant que 16 buts au cours de la rencontre. Et ce résultat, elle le doit notamment à la gardienne serbe Marina Pantic qui avec 19 arrêts sur 35 tirs (51 % de réussite) rend une feuille de statistiques tout à fait exceptionnelle.

            Si cette victoire remet le HAC dans le wagon de l’ascension à la 1ère division (3ème), il ne faut pas encore s’emballer. Les 3 victoires obtenues l’ont été contre des équipes de second plan. Les choses sérieuses commencent avec le déplacement le week-end prochain à Bourg de Péage, l’autre candidat à la montée. Et là, il faudra être plus efficace dans l’offensive si on ne veut pas revenir de la Drôme avec une grosse déception.

Sharon Dorson inscrit le 2ème but havrais
Marion Arrighino arrêté par l'ex-havraise Laure Bulucua
La défense havraise veille face à Nimetgina Keita
Cette fois-ci, Sharon Dorson ne passera pas
Pendant que Roch Bedos donne ses dernières consignes, "l'ancienne" Jocelyne Mavoungou donne ses conseils aux jeunes Marlène Guillon et Clémence Grangy
La havraise Hadja Sawaneh stoppée irrégulièrement
Lob réussi de Jocelyne Mavoungou (8 buts) face à l'ex-gardienne du HAC Amandine Balzin
Marina Pantic vient de prendre un but et quand Marina Pantic vexée, Marina Pantic faire toujours ça
Avec une statistique à 100 % (7buts sur 7 tirs), Sharon Dorson a bien mérité le bouquet du "coup de coeur" du match des mains du président Benoît Guillous
Et c'est Marina Pantic qui reçoit le coffret Marionnaud revenant à la meilleure joueuse du match
Prochain rendez-vous au Havre
Dimanche 16 octobre 16 heures
Salle du Mont Gaillard
(Tramway Raymond Queneau)
HAC – PLAN DE CUQUES

dimanche 25 septembre 2016

CA SE PASSE AU HAVRE

DÉFILÉ


                Hier, à 11 heures, 15 heures et 17 heures, les boutiques du Grand Cap présentaient leurs nouvelles collections par le biais d’un défilé de mode dans la galerie du Centre Commercial.


















samedi 24 septembre 2016

UN BATEAU, UNE HISTOIRE

LE « BERNARDIN DE SAINT PIERRE »

            Le BERNARDIN DE SAINT PIERRE » des Messageries Maritimes est le dernier paquebot d’une série de 3 destinés à la ligne Madagascar – La Réunion.
            Construit en Allemagne aux chantiers Tecklenborg and Co, au titre des dommages de la 1ère guerre mondiale, il a effectué son premier voyage au départ de Marseille le 11 novembre 1926. Le 30 mars 1930, il est abordé par le paquebot anglais OTRANTO à Port Saïd. Le 21 décembre 1932, nouvel abordage, étrave contre étrave avec le navire espagnol AVEMER. De décembre 1940 à juin 1942, il dessert la ligne d’Extrême-Orient (Saïgon, Manille, Shanghai).
            Le 6 décembre 1941, il rapatrie à Saïgon les ressortissants américains de Shanghai et Hankeu. En 1942, à Saïgon, il est réquisitionné par les japonais qui le rebaptise TEIBI MARU et qui l’utilise comme transport de troupes. Il est torpillé en octobre 1943 par le sous-marin USS BONEFISH au large de l’Annam. Le capitaine japonais réussissant à échouer le navire sur la côte, il n’y eut que 14 victimes (6 passagers et 8 marins).




Caractéristiques : 10386 tonneaux – Port en lourd : 6930 tonnes – Déplacement : 15380 tonnes - longueur : 145 mètres -  Largeur : 19 mètres – Passagers : 141 premières, 90 secondes, 68 troisième, 623 rationnaires – Propulsion : 2 turbines à vapeur, 6 chaudières à mazout (transformées au charbon en 1941) – Puissance 6000 chevaux – 2 hélices - Vitesse 14 nœuds.


vendredi 23 septembre 2016

CA SE PASSE AU HAVRE

LA VILLA MARITIME

La villa maritime est la dernière des villas prestigieuses qui bordaient le boulevard maritime autrefois.



C’est en 1890, que Madame de Aldecoa, veuve d’un riche espagnol, fait construire cette villa par l’architecte Henri Toutain. Habitation de plus 1200 m² habitables, comportant plus de 20 pièces, comprend également 2 grottes artificielles ainsi qu’un jardin d’hiver.


En 1896, Madame de Aldecoa la cède à Georges Dufayel, promoteur du Nice Havrais, mais elle l’occupe jusqu’en 1904.
C’est en 1939 qu’Armand Salacrou*, qui a fait fortune en vendant la lotion anti-poux « Marie Rose » et le « Vin de Frileuse », apéritif fortifiant, qui l’acquiert. 



Après la deuxième guerre mondiale, la villa est divisée en appartements et est habitée par les parents d’Armand Salacrou. Lui-même l’a habité de 1964 jusqu’à sa mort à 90 ans, en 1989.
La Ville du Havre l’a acquise en 1999, mais l’a laissée à l’abandon. Rachetée par le groupe Partouche, elle a abrité un restaurant gastronomique dirigée par le chef Jean Luc Tartarin sous le nom de la « Villa du Havre » jusqu’en 2007.
En 2010, elle a servi de cadre à la 3ème biennale d’art contemporain.


* Armand Salacrou (1899-1989) - Auteur dramatique auteur de 23 pièces de théâtre dont "L'inconnu d'Arras" (1936) et "Boulevard Durand" (1960). Memebre de l'académie Goncourt (1949) dont il devient membre honoraire en 1983.

mardi 20 septembre 2016

SPORT


LE RACHAT

            Après la cruelle déconvenue de la semaine dernière, on attendait une réaction des handballeuses havraises. Et c’est dans la banlieue rennaise, à Saint Grégoire qu’elles étaient attendues. Même si les bretonnes sont des nouvelles venues en 2ème division, les deux matchs nuls obtenus lors des deux journées précédentes prouvent qu’elles n’étaient pas faciles à manœuvrer.
            Mais d’entrée les joueuses havraises montraient qui c’est le HAC et à la 25ème minute l’écart était de 5 buts en leur faveur (5-10). Mais deux exclusions temporaires chez les havraises brisaient les rouages et redonnaient de l’élan aux bretonnes. Ainsi celles-ci ne comptaient plus que deux buts de retard au repos (9-11)
            A la reprise, les grégoriennes continuaient sur leur lancées et comptaient même 2 buts d’avance à 10 minutes de la fin (19-17).  Mais au contraire de la semaine dernière, les ciel et marine ne baissaient pas la tête et resserraient leur défense. Elles faisaient face à leurs adversaires qui jetaient toutes leurs forces dans la bataille. Mais au bout du suspense, ce sont les havraises qui se montrèrent les meilleures pour gérer le money-time et l’emporter d’un but (20-21).

            Toutes les joueuses sont à féliciter pour cette victoire, mais on peut décerner un accessit supplémentaire à la gardienne Marina Pantic qui a arrêté 4 penalties  et à la remuante ailière droite Jocelyne Mavoungou auteur de 8 buts.

Sharon Dorson se fraye un passage dans la défense bretonne
Un des 4 pénalties arrêtés par Marina Pantic
Difficile d'arrêter Jocelyne Mavoungou quand elle va au but
Anastasiya Pidpalova face au rideau défensif grégorien
Sabrina Betzer avec 4 buts a participé activement à la victoire havraise
Rude bataille devant la zone bretonne
Roch Bedos donne les (bonnes) consignes pour la fin de match
Le face à face du pénalty (réussi) entre Jocelyne Mavoungou et Chloé Lavaud
La joie des vainqueurs
Une équipe soudée et heureuse

PROCHAIN RENDEZ-VOUS