samedi 16 novembre 2019

SEMAINE 46/19


UNE BELLE SOIRÉE

            Match au sommet samedi soir aux Docks où les handballeuses havraises recevaient leurs homologues de St Amand les Eaux, les 2 seuls clubs ayant le statut VAP (Voie d’accession au professionnalisme) dans le groupe A de la 2ème division.

            St Amand, est leader invaincu de la poule, ayant gagné presque tous leurs matchs, le presque étant dû à la venue du HAC qui avait obtenu un match nul en terre nordiste.

            Pour le HAC, 3ème de la poule, une victoire est indispensable pour ne pas perdre contact avec sa rivale et montrer que la victoire ratée d’un pouce dans le nord n’était pas un hasard.

            Et ce sont les amandinoises qui ouvrent le score par Claire Vautier, mais le HAC réplique aussitôt (2-1 – 3ème minute). Mais les jaunes et bleu reprennent l’avantage sous l’impulsion notamment de l’ex-havraise Jessica Dias (2-4 – 8ème minute). Et si les havraises revenaient à la hauteur de leurs adversaires (4-4 – 13ème minute), ce sont les amandinoises qui mettent la main sur le match et virent à la mi-temps avec 2 buts d’avance (9-11).

            Et à ce moment, peu de supporters havrais ont encore foi en la victoire, d’autant plus que le retour des vestiaires confirme la notoriété des amandinoises (10-14 – 34ème minute). Mais loin de se décourager, les hacwomen montaient leur niveau de jeu d’un degré pour égaliser à ¼ d’heure de la fin (17-17). Dorénavant, plus rien ne pouvait arrêter la vague havraise et le gong consacrait la victoire des locales 24-21 devant un public aux anges.

L'ex-havraise Jessica Dias, meilleure buteuse de Saint Amand avec 5 buts, trouve la faille dans la défense havraise

Au retour aux vestiaires, on voit sur le visage des havraises qu'elles sont conscientes que ça va être compliqué 

Katarina Stosic stoppée sans ménagement par la nordiste Manon Le Bihan

Pour arrêter les havraises, les amandinoises ont quelquefois usé de gestes interdits comme ici Claire Vautier sur Louis Boisorieux

Jessica Dias et Marion Malina testent la solidité du maillot de Sharon Dorson

La joie du devoir accompli

Sharon Dorson avec ses 6 buts a mérité le bouquet attribué à la joueuse "coup de cœur"

Et grâce à ses 14 arrêts, la gardienne Marina Pantic est sacrée "Meilleure joueuse" du match

Un tour d'honneur bien mérité

Et la fête continue sur le podium du salon VIP

          Après cette précieuse victoire, la 4ème successive, le HAC reste à la 3ème place mais n’est plus qu’à 4 points du leader, l’adversaire du soir. C’était le dernier match avant une longue trêve due aux championnats du monde qui vont se dérouler au Japon où les françaises défendront leur titre suprême. Pour les havraises cette victoire assoit les prétentions du club et prouve que ce statut de VAP n’est pas usurpé. Gageons qu’à la reprise le 4 janvier, avec la réception de la Stella St Maur, classée 2ème, l’équipe montrera autant de volonté, de dynamisme, pour se rapprocher encore de la tête du championnat et surtout confirmer sa place de qualification pour les play-offs.
          Mais avant, la prochaine tâche des havraises sera de rencontrer quelques jours plus tard l'équipe de Chambray Touraine Handball pour les 16ème de finale de la Coupe de France et la tâche s'avère compliquée, les tourangelles opérant depuis cette année en 1ère division.
          Compte rendu et photos ci-dessous

ACTU

COULEURS D'AUTOMNE

à la forêt de Montgeon






SPORT (suite)

BIEN QUAND MÊME
            Cinq jours après cette belle victoire de samedi, les handballeuses havraises étaient de retour sur le parquet des Docks. Cette fois-ci, il s’agissait de rencontrer l’équipe de Chambray Touraine dans le cadre des 16ème de finale de la Coupe de France. La rencontre était avancée au jeudi, les Docks étant occupés pendant le weekend par la nuit de l’Hydro et qu’il n’existe aucune autre salle homologuée au Havre pour organiser une rencontre de ce niveau.
            La tâche des havraises était toute aussi compliquée que la précédente puisque les tourangelles évoluent un degré au-dessus des ciel et marine dans l’élite du handball féminin français.
            Mais il en fallait d’autres pour impressionner les locales et tout le long du match celles-ci chatouillèrent leurs adversaires qui jamais ne prirent plus de 2 longueurs d’avance. Ainsi on virait à mi-parcours avec le score serré de 13-14 en faveur des tourangelles.
            En 2ème mi-temps, les havraises continuèrent de gêner leurs adversaires et à 8 minutes de la fin, les 2 équipes étaient une nouvelle fois à égalité (23-23). Et ce n’est que dans les dernières minutes que les chambraysiennes prirent définitivement l’avantage  24-26.
Sharon Dorson a marqué 3 buts

Irène Fanton est la meilleure du match (7 buts)

Un pied d'Anouk Nieuwenweg dans la zone pour arrêter la jeune pivot havraise Nora Fontaine, c'est pénalty !

L'ailière Tatiana Elisme face à la gardienne tourangelle Kamilla Kantor

Mallaury a été chargée d'arrêter les pénaltys, elle en a détourné 1 sur 3

Louison Boisorieux, sacrée meilleure joueuse du match, arrêtée irrégulièrement par une chambraysienne

Un coup de coeur bien mérité pour Anouk Nieuwenweg

Pour le HAC, la Coupe de France, c’est terminé. Mais comme le dit l’entraîneur Stéphane Pellan, c’est un mal pour un bien, puisque ça va permettre de se concentrer entièrement au championnat, seul objectif de la saison. Néanmoins, cette rencontre a permis aux havraises de se mesurer à une équipe de LFH et on peut dire que celles-ci ont réalisé une excellente performance et que cette expérience s’est révélée positive. Maintenant, en raison des championnats du monde qui va se dérouler au Japon, on ne retrouvera le championnat que le 4 janvier au Docks pour la réception de la Stella St Maur. En attendant, les havraises disputeront un match amical

MARDI 19 NOVEMBRE 19 H 30
Salle du Mont Gaillard
Contre l’équipe nationale du SÉNÉGAL

PUB MOBILE

SPECIALE BOUFFE





L'ACTU PAR LES BIRDS



samedi 9 novembre 2019

SEMAINE 45/19


SPORT


UNE BONNE AFFAIRE


            Le weekend dernier, c’était l’heure de la reprise pour le championnat de Division 2 de handball féminin. De pus c’était le début des matchs retour. Et pour le HAC, il s’agissait du plus petit déplacement de la saison puisqu’il était attendu à la salle du Littoral pour y rencontrer les octevillaises.

            Pour le HAC, outre le besoin urgent de points pour disputer les play-offs, il s’agissait, quoiqu’en dise l’entraîneur Stéphane Pellan, de laver l’affront du match aller où les banlieusardes était reparties des Docks avec une victoire d’un but. Et l’affaire se présentait plutôt bien puisque le HAC avait terminé les matchs aller par 2 victoires alors qu’Octeville, juste au-dessus au classement, restait sur 3 défaites.

            Et ça commençait plutôt bien puisque le HAC prenait tout de suite un avantage de 2 buts (0-2 – 2ème minute) par Tatiana Elisme et Katarina Stosic. Et si Octeville réussissait à revenir à la hauteur des havraises par l’ex-havraise Léa Aubertot (5-5 – 12ème minute) les havraises reprenaient vite l’avantage et viraient à mi-parcours avec un avantage de 4 buts (8-12).

            Bien que les octvillaises continuaient d’espérer sur la référence du match aller (-5 à la mi-temps), les havraises restaient concentrées sur l’affaire elles construisaient leur victoire petit à petit pour terminer au gong avec 6 buts d’avance (21-27).

Louison Boisorieux a réussi ses 3 pénaltys

La gardienne Marina Pantic, avec 15 arrêts, a largement contribué à la victoire havraise

Tatiana Elisme a marqué 4 fois

Louison Boisorieux, Yaelle Morvan et Claire Mussard sont attentives aux dernières consignes de Stéphane Pellan

Romane Frécon marque le 27ème et dernier but havrais
 Bilan positif pour les havraises qui dépassent leurs adversaires du jour et montent sur le podium (3ème). Après cette 3ème victoire consécutive, les havraises respirent mieux, mais elles ont peu de temps pour  souffler puisque ce soir, c’est l’équipe de St Amand les Eaux, leader invaincu de la poule, qui se présente aux Docks. Non seulement il faudra se montrer digne du statut VAP face à l’adversaire direct pour l’accession à la LFH, mais aussi effacer la désillusion du match aller au cours duquel les nordistes avaient arraché le match nul à la dernière seconde.


TOUS AUX DOCKS CE SOIR 20 heures
pour encourager les havraises

ESCALE



MSC GRANDIOSA


            Le weekend dernier, le MSC GRANDIOSA était amarré au quai de Floride. Sortant tout neuf des chantiers STX de Saint Nazaire, il effectuait son escale inaugurale à la Porte Océane dans le cadre d’une présentation du navire destinée aux agents de voyages français.

            Ce nouveau paquebot, le plus gros réalisé pour la compagnie MSC est un navire hybride pouvant fonctionner au Gaz Naturel Liquéfié.


            Il est reparti dimanche pour Hambourg où il devait être baptisé avant de débuter ses croisières en Méditerranée

Caractéristiques :
Pavillon : Malte
Tonnage : 183 500 Grt
Longueur : 331.4 m
Largeur : 43 m
Capacité passagers 4 816 (Maxi 6 334)
Nombres de cabines : 2 408
Tirant d’eau : 8.4 m
Vitesse de croisière : 21.4 nœuds
Membres d’équipage : 1 704


LES CHIFFRES DU HAVRE





LE P'TIT PERE COMBLES


samedi 2 novembre 2019

SEMAINE 44/19

CA SE PASSE AU HAVRE


LA FAMILLE GAUDIBERT


            Au cimetière Sainte Marie, certaines tombes ont une histoire, une histoire havraise, une histoire familiale. Au hasard de la recherche de la tombe de l’arrière grand-père Eugène ou de la grand-tante Berthe, on peut découvrir une de ces tombes d'un illustre personnage, inconnu du passant lambda. C’est le cas de la sépulture de la famille Gaudibert.       


Dans cette tombe reposent les restes de Marguerite Gaudibert (1846-1877), fille d’un notaire havrais et ceux de son époux Louis Joachim (1838-1870), négociant au Havre, agent de l’importante maison Masurier. Participant dans diverses associations culturelles locales dès 1860, il montre un intérêt certain aux courants novateurs et collectionne les œuvres d’Eugène Boudin.


C’est ainsi qu’il fît la connaissance de Claude Monnet, né à Paris (1840). Il a 5 ans quand il arrive au Havre dans le quartier d’Ingouville. Il reviendra fréquemment au Havre, en famille. En 1867, sans le sou, il est contraint de rester chez sa tante Lecadre à Saint Adresse.
            Louis Gaudibert, appréciant le talent du peintre, décide de l’aider. Ainsi, il l’invite à l’automne 1868 au château familial des Marcel des Ardennes-Saint Louis, près de Montivilliers, pour réaliser quelques portraits des siens, l’un en pied et l’autre en tenue négligée (aujourd’hui disparus) et un autre de son épouse. Il rachète également toutes les toiles mises en vente par les créanciers  à la fin de l’Exposition maritime internationale de 1868. De plus, il verse à Claude Monnet une pension en échange de quelques tableaux et l’installe, avec sa famille, à Bougival en 1869.

Ce mécénat sera brutalement interrompu par la mort subite de Louis Gaudibert au Portugal en 1870.


LIRE EN AUTOMNE

LE SCHMOCK  de Franz-Olivier Gisbert


          A travers la saga de familles juives allemandes, Franz-Olivier Gisbert nous emmène dans l’Allemagne des années 30-40. Il se demande comment, dans un pays peuplé d’allemands « respectables », Hitler, cet idiot (schmock en allemand), a pu atteindre le pouvoir. Pourquoi les juifs ont mis tant de temps à fuir, prenant avec légèreté la montée du nazisme ? A cause de quelles lâchetés, quelles complaisances, le nazisme a-t-il pu s’installer dans ce pays de musiciens, de philosophes et de poètes ?
            Ce roman qui raconte l’histoire passionnante de ces juifs allemands paradoxalement « proches » d’Hitler, nous emmènera dans une histoire d’amour et d’amitié tout en traversant les atrocités du régime nazi.

TEL EST PRIS...





PAGE JAUNE





L'ACTU PAR LES BIRDS