dimanche 14 octobre 2018

SEMAINE 41/18


EDITO

Y A-T-IL UN MINISTRE DE L’INTÉRIEUR DANS LA SALLE ?


            Suite à la démission de Gérard Collomb, nous venons de passer une semaine sans ministre de l’intérieur. Ce fait a mis en émoi tous les médias que compte la France. Quand allons-nous avoir un nouveau ministre ? Et qui sera-t-il ? Bien sûr l’opposition s’est engouffrée dans le créneau et MM Ciotti, Jacob, Wauquiez et Mme Le Pen qui ne manquent jamais une occasion de prendre la parole lorsqu’il n’y a rien à dire ont dénoncé une crise majeure dans la majorité présidentielle, un scandale et ont déclaré la République en danger. Faut-il rappeler qu’il y a quelques temps, la Belgique a vécu sans gouvernement pendant des mois et des mois sans que flamands et wallons en ait à souffrir. Au contraire, sans décision gouvernementale, sans opposition à ces non-décisions, ils ont vécu un épisode tranquille de leur histoire. Et la Belgique existe toujours. En France, il suffit qu’il manque un ministre pour que tout le ban de l’opposition s’insurge, se gausse et crie haro sur le baudet. Pour ma part, comme pour la majorité de mes concitoyens,  la semaine s’est passée sereinement, je suis allé à mes séances de kiné, je me suis promené à la plage pour profiter du beau temps, j’ai fait mes courses à Auchan, comme d’hab’. Et ce constat me pousse à m’interroger : si au lieu de se demander quand aura-t-on un nouveau ministre de l’intérieur et  qui sera-t-il, la vrai question ne serait-elle pas : « Y avait-il un ministre de l’intérieur quand Gérard Collomb était ministre de l’intérieur ? ». Vous avez 4 heures.

SPORT

LE HAC COMME ON L’AIME


            Après la déconvenue la semaine précédente face aux alsaciennes d’Achenheim Truchtersheim, les handballeuses havraises n’avaient pas le droit de se louper en se rendant dans la banlieue lilloise pour y affronter leurs homologues de Lomme. Et même si les nordistes, nouvelles promues en D2 courraient encore après leur première victoire, il faut toujours se méfier de l’adversaire quel qu’il soit. C'est pourquoi une vingtaine de supporters havrais avait fait leu voyage dans le nord pour supporter leurs favorites.

            Et ce sont les havraises qui ouvrent le score avec un pénalty de Stine Svangaard qui en marquera 6 autres en cours de match. Mais les nordistes résistaient bien en début de match (4-4 – 6ème minute). Pourtant peu à peu les havraises mettent la main sur le match pour aborder la 2ème mi-temps avec une avance de 7 buts (13-20).

            En 2ème période, les havraises compteront jusqu’à 10 buts d'avance (19-29 – 46ème minute) avant de faiblir légèrement dans le dernier ¼ d’heure, faute de rotations (seulement 4 filles sur les chaises). Et le gong retentit sur une confortable victoire du HAC sur le score de 27-36. 

Les lommoises ont beaucoup testé la solidité des maillots havrais, ici celui de Patricia Battista

Sharon Dorson a fait parler la poudre : meilleure butteuse du match avec 11 buts

La danoise Stine Svangaard efficace au pénalty (7 sur 8)

Katarina Stosic a malmené la défense adverse

La vingtaine de courageux supporters qui ont fait le déplacement pour encourager leurs favorites et qui ont retrouvé leurs pénates à 2 heures du matin, "épuisés mais ravis, fallait-il qu'ils s'aiment et qu'ils aiment le HAC"

C'est Stine Svangaard qui est repartie avec le bouquet dévolu à la meilleure joueuse du match

Le salut aux supporters

Sympathiques retrouvailles entre Maryam Garba, Sharon Dorson et Hadja Sawaneh avec les ex-HACwomen Caroline Dias Minto et Jessica Dias venues en voisines


Après cette victoire, le seul regret de Roch Bedos, l’entraîneur havrais, est le nombre trop élevé de buts encaissés. Mais il avait une semaine pour remettre un peu d’ordre dans la défense havraise avant d’affronter les banlieusardes lyonnaises de Vaulx en Velin, ce qui a été fait puisqu'hier soir aux Docks, les havraises ont dominé Vault en Velin 31-20. (photos et comte rendu la semaine prochaine)

SPORT

LE SEMI DE NORMANDIE
            Quand un coureur à pieds vous dit qu’il a fait un semi, ça ne veut pas dire qu’il espère faire une récolte dans les prochains mois, mais qu’il a couru sur 21 kilomètres dans les rues d’une ville ou les routes de campagne. Et dimanche dernier, c’est dans Le Havre que les 1700 concurrents du semi-marathon de Normandie se sont affrontés. Finie la traversée du Pont de Normandie et la rectiligne et monotone route industrielle pour faire place aux dédales des rues de la ville avec arrivée au stade Océane. Et ce changement a apparemment reçu l’aval des concurrents. De là à ce que le semi-marathon de Normandie devienne le semi-marathon du Havre dans les prochaines années…




Pour l’histoire, l’épreuve a été remportée par le kényan Charles Korir, et la kenyane Dorine Murkomemn est la première chez les femmes. Le dieppois Kevin Campion a gagné le semi-marche alors qu’Anatole Bertrand, licencié au HAC remportait le 10 km.

ESCALE


TOUTE PREMIÈRE FOIS

            Jeudi, le Viking Sun, a accosté dans notre port pour la première fois.
            Construit aux chantiers italiens Fincantieri, il est entré en service en 2017. C’est le 4ème paquebot de la Viking Océan Cruises après le Viking Star, le Viking Sea et le Viking Orion mais le second construit aux chantiers d’Ancône. Malgré sa jeunesse, il a déjà vu le Canal de Suez, le Canal de Panama la Polynésie, l’Australie, la Nouvelle Zélande, l’Indonésie, la Chine, le Cambodge, la Malaisie… autant de lieux enchanteurs, puisqu’il a déjà effectué un tour du monde.






Caractéristiques :

Tonnage : 47 800 Grt
Longueur : 227.2 m
Largeur : 28.8 m
Capacité maximum de passagers : 930
Nombre de cabines : 465
Membres d’équipage : 602
Tirant d’eau : 6.3 m
Vitesse de croisière : 20 nœuds


CA SE PASSE AU HAVRE


GAME OVER

            Le dimanche 30 septembre, les restaurants de la plage ont fermés leurs portes et la semaine suivante, ils ont disparus du paysages avant de revenir au printemps prochain.
            Mais pas pour tous. En effet, cette année se terminait les baux et un nouvel appel d’offres a été lancé pour les 17 emplacements prévus. Certains ont choisi de ne pas revenir, les autres ont dû faire face à de nouveaux critères et seront en concurrence avec de nouveau candidats.
            27 projets de 24 postulants ont été déposés et c’est une commission composée d’élus qui fera le choix final qui devrait être rendu mi-octobre.
            Le suspense est à son comble.









dimanche 7 octobre 2018

SEMAINE 40/2018

CA SE PASSE AU HAVRE


LES 300 MARCHES


266 marches du côté ouest ou 277 côté est


Lors des journées du patrimoine, l’ASERM (Amicale Sauvegarde de l’Escalier Roulant Montmorency), a eu l’excellente idée d’ouvrir la gare du bas du dit escalier. C’est ainsi que de nombreux havrais ont fait preuve de patience pour faire la queue sous l’œil d’un Gouzou attentif pour pénétrer dans ce lieu ancré dans l’histoire havraise.

            Même si l’espace découvert était très réduit, il a permis à chacun de découvrir ou de retrouver, suivant les générations, ce qu’était cet escalier roulant, classé monument historique le 8 juin 1984, ce qui le sauva de la destruction.




C’est après la 1ère guerre mondiale que fut décidée la construction d’un escalier roulant, afin de faciliter le trajet de milliers de travailleurs habitant le nouveau quartier de Frileuse pour se rendre dans les usines des quartiers sud. Construit par l’entreprise Thireau Morel pour la structure, le mécanisme est réalisé à Sedan par l’entreprise Grosselin sur les plans de l’ingénieur Hocquart.


Il est inauguré le 27 mai 1928. Il peut véhiculer 6000 voyageurs à l’heure. Il compte environ 300 marches profondes de 0.84 m pour pouvoir y poser poussettes et vélos. Il est exploité par la Société Havraise de Transports en commun jusqu’en 1964 où c’est la CGFTE qui reprend la gestion de l’affaire.




Après la 2ème guerre mondiale, la fréquentation est en baisse du faite du développement du vélomoteur et de la voiture. L’exploitation est stoppée en 1964, puis reprise en 1976, jusqu’en 1984 quand le bris d’une marche dans le mécanisme de retournement l’arrête définitivement. 

Maquette du mécanisme unique du retournement des marches
(mis à disposition par les archives municipales de la Ville du Havre)
D'autres détails :
aplemontphoto.blogspot.com/2007/02/escalier-roulant-montmorency.html
havrais-dire.over-blog.com/article-l-escalier-roulant-un-chef-d-oeuvre-de-l-histoire-edouard-herriot-1929-44311392.html



CA SE PASSE AU HAVRE

A BICYCLETTE

            Dimanche matin, ce sont 8000 cyclistes de tous âges qui ont envahi les rues des quartiers sud et du port, à l’occasion du 5ème vélotour. Du quai de Saône, au quai de Saône, les participants ont pédalé sur une boucle de 17 km pour les uns, 20 km pour les autres, en traversant des lieux où les vélos et même les piétons ne sont pas admis en temps ordinaire.
Au dépôt de bus Toulouzan

Pied à terre pour cause d'embouteillage dans les jardins partagés de la Vallée Béreult

Comme dans le couloir réservé aux footballeurs du HAC au Stade Océane

et aux pieds des gradins

Une pause sur l'esplanade du stade avant de repartir

Au milieu des camions poubelles alignés au Centre Technique des déchets Codah

Traversée du terminal minéralier

Au milieu des montagnes de containers

Le conservatoire maritime

et retour Quai de Saône

CA SE PASSE AU HAVRE

A PIEDS DANS SAINT VINCENT

            Dimanche, on pouvait se promener à pieds dans le quartier Saint Vincent à l’occasion du rendez-vous traditionnel de SAINT VINCENT PIETONS dont c’était la 31ème édition.
            Ce sont 25 000 visiteurs qui ont sillonné les rues du quartier entre les étals des commerçants Saint Vincent/Saint Roch, les podiums des musiciens, les étals du vide-greniers, les tableaux des peintres devant l’église.






ESCALES

TRIPLE ESCALE

Mardi 2 octobre, 3 paquebots étaient dans les eaux havraises : Le MSC Magnifica à gauche, l’ AIDAperla à droite...


...et au centre, le Marella Discovery.
 
Construit aux Chantiers de l’Atlantique à Saint Nazaire, Marella Discovery a commencé sa carrière le 15 mars 1996 sous le nom de SPLENDOUR OF THE SEAS. Il faisait partie des premiers paquebots de la Royale Caribbean Cruise Line à proposer des cabines avec balcon. Après 20 ans de navigation, il est vendu à Thomson Cruises qui le rebaptise TUI DISCOVERY. En novembre 2017, quand la Thomson Cruises devient Marella Cruises il devient MARELLA DISCOVERY.


Caractéristiques :
Tonnage : 69 472 Grt
Longueur : 264.3 m
Largeur : 32 m
Tirant d’eau : 7.31 m
Capacité passagers maxi : 2 074
Nombre de cabines : 915
Membres d’équipage : 761

CA SE PASSE AU HAVRE

AU FIL DES PAGES

            L’ouverture d’une librairie est un évènement important. C’est ce qui s’est passé cette semaine au Havre, au 81 de la rue Paul Doumer, où a ouvert « AU FIL DES PAGES ».


            Cet événement, on le doit à Caroline Jacquot, une parisienne venue au Havre à l’occasion des festivités du 500ème anniversaire de la ville et qui a été séduite par celle-ci, son architecture, ses habitants et sa politique autour de la lecture. 

            Une enseigne sympathique, une devanture accueillante, un espace clair, certes moins imposant que les grandes librairies havraises, Caroline Jacquot désire faire de  sa librairie un lieu de promotion de la culture havraise.
            En franchissant la porte, le lecteur trouvera les livres de rentrée, la littérature au Havre et les éditions locales ou régionales, des BD et de la fiction, autant de livres qu’elle aura dévoré pour les accompagnés de petites fiches de lecture rédigées par elle-même et son aide Anna.

P.S. : L’achalandage de cette librairie ne serait pas complet si on ne pouvait y trouver le roman de Gérard Deshayes « Eau d’or » paru aux éditions Baudelaire (distribué par Hachette). Ce sera chose faîte d’ici quelques jours, mais vous pouvez le réserver dès maintenant.