samedi 7 septembre 2019

semaine 36/19

SPORT

DOUCHE FROIDE

            C’est samedi que les choses sérieuses ont commencé pour les handballeuses havraises. C’était l’ouverture du championnat de France de 2ème division et de plus le malicieux calendrier avait désigné les voisines d’Octeville pour adversaire pour ce 1er match aux Docks.

            Le Havre partait grand favori de ce derby cauchois, même si au cours des 2 confrontations de la préparation les 2 équipes avaient pratiquement fait jeu égal. Mais les ambitions des 2 équipes ne sont pas les mêmes : Le HAC, avec son budget de 900 000 € vise la montée en L1 (ratée l’année dernière), tandis que les octevillaises avec 375 000 € de budget devront assurer le maintien comme elles l’ont fait l’année précédente.

Et l’affaire débutait bien pour les havraises puisqu’après un ¼ d’heure de jeu, celles-ci avaient déjà envoyé 11 fois le ballon dans les filets adverses alors que les octevillaises n’avaient marqué que 4 fois. Et alors qu’on se demandait à quelle sauce les octevillaises allaient être mangées, curieusement, le compteur des havraises se bloquait, si bien que celles-ci rentraient aux vestiaires qu’avec 2 buts d’avance (12/10) et les octevillaises étaient toujours vivantes.
Les havraises reprenaient le jeu avec de meilleures intentions et reprenaient leur marche en avant. Et à 24-19 à ¼ d’heure de la fin, on pensait que l’affaire était bien mal engagée pour les filles du Littoral. Mais, loin de se décourager, celles-ci changeaient de tactique défensive, ce qui désorganisa complètement la formation havraise, incapable de faire face à cette nouvelle situation. Et avec deux 4-0, les visiteuses revenaient à hauteur de leurs adversaires (27-27 57ème) puis prenaient l’avantage une minute plus tard (28-27), un petit but qu’elles conservèrent jusqu’à la fin (28-29).

Katarina Stosic a inscrit les 2 premiers buts havrais et s'est battue jusqu'au bout

Romane Frecon a été élue meilleure joueuse du match avec 8 buts sur 8 tentatives dont 6 en 1ère mi-temps

L'Italienne Irène Fanton s'est montrée efficace notamment sur pénalty (4 sur 4)

La défense havraise a craqué en fin de match

La joie des octevillaises 

Comme le disait un supporter désabusé  après cette défaite inattendue : « Vaut mieux perdre le 1er match que le dernier » mais il n’empêche qu’il manque déjà 2 points dans l’escarcelle havraise, 2 points qui manqueront peut-être quand il faudra faire les comptes. Stéphane Pellan, l’entraîneur estimait qu’il avait quand même vu des choses intéressantes notamment à l’entame de chaque mi-temps, mais il reconnaît qu’il y a quand même quelques détails à revoir. Et c’est au  maire présent à cette rencontre que revenait le mot de la fin, satisfait du résultat car même si l’équipe de sa ville avait perdu, c’était quand même une équipe de la communauté de communes dont il est président qui avait gagné.

ANNIVERSAIRE (1)

Pour beaucoup de havrais, le weekend dernier était sous le signe de l’aviation. L’aéro-club Jean Maridor fondé en octobre 1919 par Léon Molon et quelques-uns de ses camarades fêtait son 100ème anniversaire. En même temps, on célébrait le 75ème anniversaire de  la disparition de Jean Maridor, qui donna son nom à l’Aéro-club.

PORTES OUVERTES

Les festivités commençaient le samedi par une opération « portes ouvertes » à l’aéro-club où étaient stationnés quelques avions anciens (ou pas).


Piper G3

Cap 10

Fouga Majister

Yak 3

Ecureuil du pilotage du Havre

MEETING AERIEN

Dimanche, de nombreux havrais étaient le nez en l’air pour admirer les démonstrations aériennes de ces avions, meeting terminé triomphalement par les 8 alpha-jets de la Patrouille de France.









       ANNIVERSAIRE (2)

IL Y A 75 ANS

            Le 12 septembre 1944, les troupes anglaises et canadiennes pénétraient dans la ville et Le Havre était libéré. Mais loin de déclencher une grande liesse dans la population, cette journée était une journée de deuil en rapport aux journées des 5 et 6 septembre que les havrais avaient dû subir. Pendant ces deux jours, les bombardiers britanniques avaient pilonné la ville, la laissant exsangue. Dans le périmètre délimité par la RAF, ils ne restaient plus que ruines, incendies, gravats et plus de 2000 morts. La ville était à reconstruire, à réinventer et ce fut Auguste Perret qui fut chargé de la tâche pour recréer la ville, celle dans lequel nous vivons aujourd’hui. C’était le jour I de cette ville que l’on aurait pu appeler LE HAVRE II ;




CA SE PASSE AU HAVRE

C'EST LA FOIRE

La foire Thiers a installé ses stands et manèges sur le parvis de l’église Saint Michel et sur le trottoir ouest de l’avenue René Coty.
            Et pour les amateurs, ils resteront ouvert jusqu’au 15 septembre.



JEU A LA CON

LE JEU DE LA DIFFERENCE




5 commentaires:

DAN a dit…

La dure loi du sport a fait basculer la victoire vers David contre Goliath, en l’occurrence on peut dire que rien n’est écrit avant un math même si sur le papier Goliath semble le plus fort.

J’étais le samedi à l’aéroport et le dimanche sur la plage, ou j’ai essayé de faire des photos de la patrouille de France, mais les conditions d’éclairage (soleil de face) ne m’ont pas permises d’en faire de correctes, alors que toi…

Pour le 75ème commémoration de la libération du Havre, j’ai pu rencontrer trois des « équipières nationales » qui, pendant les bombardements aidèrent les Havrais pris sous le feu des bombes, de véritables Héroïnes ces femmes !

J’aime bien les confiseries proposées dans les foires, elles sont différentes de ce que les marchands ordinaires proposent, de plus elles ont le goût de l’enfance pour moi qui pendant toute ma jeunesse ai vue la foire Barré place Tourneville face à la maison parentale et ça deux fois par an.

C’est assez extraordinaire ces deux photos du cycliste en l’air, soit tu as joué du logiciel de retouche (mais ce n’est pas ton style), soit tu as un « bol » extraordinaire pour avoir exactement la même position du gars dans l’espace ! ! ! !

Gédé de Le Havre a dit…

Bonjour Dan,

L'histoire de David et Goliath se répète quelquefois et j'en suis fort aise… sauf samedi dernier ou j'aurais préféré la victoire de Goliath. Mais ce soir, à Saint Amand les Eaux, ce seront les nordistes qui seront favorites et là, je signe pour une victoire de David.

Comme toi, dimanche j'étais sur la plage et comme toi j'ai eu beaucoup de difficultés pour faire des photos correctes. Mais je dois avouer que j'ai un peu triché : 2 des photos ont été prises durant la répétition à laquelle nous avons assisté ensemble.

Sur les confiseries, je te rejoins, mais de loin puisque je suis privé de sucre pour raison de santé.

Pour ces dernières photos, bien sûr, je n'ai pas de bol extraordinaire. C'est vrai que je ne suis pas un as de la retouche, et je n'ai pas un logiciel très performant, mais là, c'était tentant.

Bon weekend

DAN a dit…

…comme quoi ça sert d’aller voir le peintre à la plage…(rire)
Pour la dernière photo CHAPEAU, on n’y voit que du feu !

phyll a dit…

oui, le final assuré par la patrouille de France était impressionnant comme d'habitude !!
les habitants de la Résidence de France les avaient par moment quasiment sur leurs balcons !!! :o)
bon weekend !

Gédé de Le Havre a dit…

La PAF est toujours un spectacle dont on ne se lasse jamais. Dan et moi avions assisté à la répétition mais ça ne nous a pas empêcher d'y regoutter 2 jours après.