lundi 2 mai 2011

SPORT

UNE HISTOIRE SIMPLE

Il s’appelle Adriano Cavaleiro, elle s’appelle Déonise Cavaleiro. Ils sont brésiliens, mari et femme. Elle, est handballeuse professionnelle au HAC. Lui, a un diplôme de professeur de fitness, obtenu au Brésil. Quand il a rejoint sa femme au Havre, il a pris en charge avec beaucoup d’enthousiasme et de savoir-faire l’animation de l’équipe. Mais le salaire d’une handballeuse au Havre est plus proche de celui d’un ouvrier de Renault que de celui de Franck Ribery. Aussi, pour faire bouillir la marmite, il a voulu valider son diplôme et trouver un travail sur place. Impossible ! Ce diplôme n’est pas reconnu en France et cela lui interdit d’exercer dans notre pays. Il a donc émigré vers l’Espagne, (autre pays de la communauté européenne) où l’on considère que l’exercice de sa profession avec le dit diplôme ne présente aucun problème. Séparée de son mari, Déonise, avec la force de caractère qui a toujours été la sienne, a néanmoins terminé la saison et est allée au bout du contrat qui la liait au HAC. Samedi soir, c’était son dernier match aux Docks : Elle a choisi de rejoindre son mari sans aucune certitude de retrouver un club en Espagne.

Le départ de l’internationale brésilienne est une grosse perte pour le HAC. Que ce soit sur le terrain ou en dehors, elle a toujours eu un comportement exemplaire, notamment auprès des jeunes pour qui elle a toujours fait preuve d’une grande disponibilité. Le staff, les joueuses et les supporters, tous la regretterons longtemps. Nous perdons une joueuse essentielle dans l’édifice havrais à cause d’une administration où sévissent des bureaucrates butés et irresponsables bien loin des réalités du terrain.




Au revoir, Déonise ! Nous espérons te revoir de temps en temps dans les gradins des Docks pour encore soutenir les couleurs que tu as défendues avec tant de cœur pendant deux saisons. Et bon vent pour la suite de ta carrière de handballeuse et le projet de vie que tu as choisi.



9 commentaires:

Anonyme a dit…

émotion, émotion sur les 3 derniers clichés

et ton commentaire indique bien ta déception.

biz brigitte

Anonyme a dit…

Superbe et emouvant article! Bonne continuation DEO.

Rudy22

Anonyme a dit…

La dernière photo veut tout dire il est vrai que les trois font une sacrée pair pendant les matchs mais aussi à l'extérieur du Handball.

Bizzzz ma Soeur

sevmar76 a dit…

beaucoup d'émotions pour toi ma soeur, tu vas beaucoup me manquer !!! Je c'est qu'on vas se revoir très vite gros bisous

Damien a dit…

Il est clair que Deo laissera un grand vide au HAC, après avoir pourtant rempli de bonheur les coeurs des supporters havrais.
Gentillesse, disponible, souriante, professionnelle, efficace, hargneuse... autant d'adjectifs qui qualifient Deo.
Comme toi, j'espère la revoir tout bientôt, à commencer par samedi à Dijon.

Jonathan a dit…

Je n'ai pas pleuré parce que je n'avais le droit de pleurer, et puis je sais que je vais les revoir toutes les trois encore un petit peu, mais le jour du vrai départ je ne cacherai pas mes émotions parce que ça fait toujours mal de voir partir quelqu'un que l'on apprécie vraiment pour toutes les qualités qui ont été dit ici.
J'espère de tout mon coeur que ce n'est qu'un au revoir et pas un adieu.

toussaint a dit…

toute la famille est triste de ton départ mais la vie est ainsi faite même si cela est injuste.nous ne vous oublierons pas toi et adriano , dans l'espoir de vous revoir un jours dans les gradins des docks.bisous et que du bonheur pour la suite...

Anonyme a dit…

Que dire de plus si ce n'est que, dans l'histoire du HAC, elle laissera le tres gros souvenir d'une fille qui fait honneur a son sport Tres bon vent DEO et encore M E R C I ! GS

soya a dit…

Tu va beaucoup nous manquer Déo






bisou Soya.